30 oct. 2016

"Can't Touch Us Now"…can't touch us now! La revue sans concession de Mister B.





Oui, bien étonnamment, je pourrai intituler cette revue "Can't Touch Us Now" du nom de ce nouvel opus de nos Maddies tant celui-ci nous procure la même sensation qu'à chaque parution de nouvel album de Madness. Nous sommes là, assis sur notre chaise ou dans notre fauteuil, à nouveau perplexe devant ce que l'on entend. Et comme d'habitude, c'est la répétition de l'écoute qui va finir par avoir raison de nous, de notre hésitation et nous embarquer dans un nouvel élan amoureux et aveugle pour ces trublions de la pop anglaise… Je dis pop, oui, car la première impression nous donne à penser que cet album est certainement le plus pop de tous, mais également le plus fourre-tout !
Autre constat, premier album sans Cathal 'Chas Smash' Smyth et cela s'en ressent un petit peu, tant au niveau des mélodies que des chœurs, certainement en mieux en ce qui concerne ces derniers. Mais Chas avait et a toujours le sens de la mélodie simple dans ses compositions et c'est peut-être cet ingrédient qui fait le plus défaut à cet album.

"Can't Touch Us Now" a l'honneur d'attaquer la setlist.
L'intro surprenante est un peu superflue à mon goût. Le morceau se tient bien avec un refrain entêtant et des breaks surprenant. Les arrangements sont chiadés et le tout nous offre un beau morceau pop, honnête, sans plus.

"Good Times"
Voilà typiquement ce que l'on croise de plus en plus dans les propositions de Madness. Une chanson avec une partie géniale et l'autre avec une mélodie vraiment bizarre. En écoutant celui-ci, on découvre des couplets mélodiques de premier choix mais un refrain bâclé…. Les frères Woodgate nous ont habitué à mieux sur ce coup-là.

"Mr Apples"
Madness au mieux de sa forme ! Mr Apples embarque tout sur son passage. Un titre d'une efficacité redoutable, parti pour entrer au panthéon des hymnes Madnessiens. Une pop orchestrale, largement inspirée de ce qui se faisait de mieux dans les 70's. Il n'y a qu'à écouter Mr Blue Sky de Electric Light Orchestra pour s'en rendre compte. Exercice largement réussi pour nos Maddies.

"I Believe"
Un morceau qui n'aurait pas renié une petite place sur l'album Wonderful à côté de Drip Fed Fred. Un morceau identifié Madness à 100% écrit par Lee & Mike, agréable, fun, avec des arrangements vocaux sublimes sur la fin. Beau boulot!

"Grandslam"
Un ska des grandes heures 'popifié' très bien orchestré. Pas un hit mais une très bonne face B.

"Blackbird"
Alors oui, certes, c'est un hommage à une légende, mais franchement cette mélodie martelée n'est pas des plus heureuses. On n'est absolument pas embarqué par celle-ci et le break de Lee au sax manque d'inspiration. Seul bon point, les chœurs de la fin, qui donne enfin une puissance non forcée à ce titre. Peut-être eut-il été plus judicieux de les incorporer dès le début.

"You Are My Everything"
Titre pop par excellence. Mike Barson traîne son cafard et étale ses problèmes persos avec sa "Girl". Un sujet dont il ne cesse d'être inspiré. Pour le meilleur et parfois pour le pire… Chris Foreman qui se prend pour un guitar hero arrive dans cette chanson comme une branche d'arbre dans la soupe! Cette chanson dépouillée voire 'dubisée' aurait été certainement plus intéressante. On ne le saura jamais!

"Another Version Of Me"
Enfin un peu de gaîté et de légèreté avec cette chanson sans prétention très inspiré, elle aussi, décidemment, des 70's. Une bonne face B.

"Mumbo Jumbo"
WTF? Qui a lâché les Crunch en plein album de Madness? Fermez la porte! Pour les amateurs du genre…

"Herbert"
On retrouve enfin le Suggs conteur d'histoire, nous parlant de son pays, de ses habitants. Ce qui a fait l'essentiel et la particularité de Madness. Une belle histoire, une belle mélodie et des arrangements chiadés. De la pure Madness pop comme on aime. Très beau titre!

"Don't Leave The Past Behind"
Comme dans l'album précédent avec "Leon", les frères Woodgate nous gratifie d'un petit chef d'œuvre. D'une efficacité redoutable, porté par des cuivres omniprésents, le morceau nous transporte du début à la fin. Petit bémol, la guitare de Chris un peu trop présente.

"(Don't Let Them) Catch You Crying"
Si "Mad Not Mad" est votre album préféré, alors vous allez adorer…..sinon….!

"Pam The Hawk"
Encore une histoire contée par notre Suggs internationnal. Mais absence total d'une mélodie marquante et c'est quand même l'essentiel mon cher Barson!

"Given The Opportunity"
Après une intro grandiloquente, on se retrouve avec un rythme ska popifié. Je me répète, mais c'est étonnant cette faculté qu'a Madness à fabriquer des chansons dont les refrains tranchent totalement avec les couplets mélodiques…et c'est pas toujours heureux! On sent dans cette chanson un véritable potentiel et pourtant on n'accroche pas!

"Soul Denying"
Voilà l'exemple typique du morceau fourre-tout où on en vient à regretter les mélodies simples et efficaces de Cathal Smyth. Un seul être vous manque et…. Je vous mets au défi de chanter celle-là un jour et a capella. Simplifiez les gars, simplifiez! Oui vous êtes de vrais musiciens, on a compris. Mais l'histoire ne retient que les simples mélodies!

"Whistle In The Dark"
Pourquoi un album de 16 titres me direz-vous? Eh bien la réponse est là, dans votre oreille. Etant donné que le single 'matériel' n'existe plus, on nous a mis toutes les faces B en plus. Celle-là n'a rien à envier à 'We Want Freddie'

Bref, un album que allez aimer avec le temps, comme tous les autres… sauf le premier, qui restera à tout jamais l'électrochoc de ma jeunesse!

Doléances et réclamations à adresser…. Nulle part! Ceci n'engage que moi, mes cages à miel, mon goût personnel basé sur ma culture musicale perso. En bref, vous avez le droit et même le devoir de ne pas être d'accord mais je ne débattrai avec vous qu'en présence d'une bonne bouteille que vous aurez préalablement apporté !


Mister B



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire