17 oct. 2015

Rhoda Dakar sort un album : l'interview du French-MIS

Rhoda Dakar sort un album : l'interview du French-MIS







On peu faire un parallèle entre le label américain de Rhythm and Blues Stax des années 60 et le label 2-Tone anglais de la fin des années 70. Stax a été le premier label à sortir un disque d’un groupe composé de noirs et de blancs : Booker T & The Mg’s, dont le single “Green Onions” se classera N°1 des Hits R’n’B. Stax fut le porte drapeau de la mixité noire et blanche dans une Amérique gangrenée par la ségrégation raciale et ce n’est pas un hasard si The Specials reprennent “Do The Dog” de Rufus Thomas (Stax 1964) sur leur premier album éponyme en 1979.

2-Tone  a été fondé dans à Coventry, une ville sinistrée par le chômage et la misère sociale par Jerry Dammers (clavier et leader de The Specials) en 1979. Le label axé Ska revival impliqué (tout comme Stax l’était à l’époque) contre le racisme et les inégalités sociales signera en majorité des groupes composé de noirs et de blancs comme The Specials (avec le légendaire Rico Rodriguez au trombone), The Selecter et The English Beat,  mais fera aussi la part belle aux femmes, avec la charismatique chanteuse des Selecter, Pauline Black et The Bodysnatchers, combo entièrement féminin mené par la superbe et incontournable chanteuse Rhoda Dakar.




The Bodysnatchers a été fondé par Nicky Summers en 1979. Le groupe a édité 2 45 tours pour le label 2-Tone, “Let’s Do Rocksteady” (N°22 UK Charts, mars 1980) et “Easy Life” (N°50 UK Charts, juillet 1980). On retrouve le groupe sur le film et le disque “Dance Craze” et John Peel enregistrera une de ses fameuses sessions avec elles. The Bodysnatchers feront une apparition dans la célèbre émission anglaise “Top Of The Pops” et feront les premières parties de The Selecter, The Specials, The Go-Go’s ( autre groupe entièrement féminin mais américain) et de Toots & The Maytals.




La formation se séparera hélas assez vite. Une grande partie des membres formeront The Belles Stars qui connaitrons de très gros succès dans les hits durant la première partie des années 80. Rhoda Dakar de son côté, participera au deuxième album des Specials (duo avec Terry Hall sur “I Can’t Stand It). En janvier 1982, Rhoda édite avec The Special AKA “The Boiler”, un single explosif racontant un viol. Celui-ci se classera N°35 dans les charts anglais.


En 1983, Rhoda travaille sur l’album “In The Studio” des Special AKA et co-écrit le hit “Free Nelson Mandela” qui se classera dans le Top 10 anglais.




En 2007, Rhoda édite son premier album solo “ Cleaning In Another Woman's Kitchen”

composé de versions acoustiques de titres des Bodysnatchers et de morceaux co-écrits avec Nick Welch (Bad Manners, The Selecter, King Hammond). En 2009, Rhoda édite avec Nick Welch l’album “Back To Garage”. La même année, Madness invite Rhoda à chanter en duo avec Suggs sur le morceau “On The Town” pour l’album des Maddies “The Liberty Of Norton Folgate”.



Rhoda Dakar est aussi DJ et écrit des notes de pochettes (compilations “Ska Madness).

Le 6 novembre prochain, Rhoda édite “Rhoda sings The Bodysnatchers” sur le label Cherry Red Records. La galette sera distribuée en France par Socadisc à partir du 30 octobre sous le code barre suivant 5013929340534.




Rhoda Dakar Sings The Bodysnatchers

Le disque qui manque à tous les collectionneurs de l’ère 2-Tone voit enfin le jour ! Et là, pas de mauvaises surprises, pas de versions avec drum machine ou ordinateurs... Nous sommes bien en 2015 mais on a l’impression que cette galette a été enregistrée en 1980 en pleine vague Ska revival... Ca sonne 1980, ça résonne 2-Tone, ça fait rajeunir de 35 ans sans jamais avoir le gout d’un disque vieillot ou suranné. “Rhoda Dakar sings The Bodysnatchers” est une véritable pépite à faire tourner pleines basses dans sa chaîne hi-fi ! les titres Ska alternent avec merveille avec des titres beaucoup plus Reggae. La réalisation est soignée et la qualité de son magnifique. Rhoda a été épaulée par Lynval Golding et Sir Horace Gentleman des Specials mais aussi des membres de Pama international,  Sidewalk Doctors et Intensified pour l’enregistrement de ce disque. Les standards des Bodysnatchers défilent pour notre plus grand plaisir et nous donnent envie de danser... “Easy Life”, “007” (reprise de Desmond Dekker), “Let’s Do Rocksteady”, “Too Experienced”... Que du bon et du très bon... Qu’est ce que ça fait du bien ! Merci Rhoda !







 RHODA DAKAR, L’INTERVIEW DU FRENCH-MIS, 10/10/2015

A noter que Rhoda a répondu non pas en anglais mais en français à nos questions !


 Le French-Mis : C’est avec joie que nous avons appris que tu sortais un album afin de célébrer les 35 ans des Bodysnatchers. Peux-tu nous présenter ce disque ?
- Choix des titres, studio d’enregistrement, musiciens, production etc...

Rhoda Dakar : Easy Life, The Ghost of the Vox Continental, Happy Time Tune, 007, Private Eye, Too Experienced, The Loser, Mixed Feelings, Hiawatha, Let’s Do Rocksteady.

Enregistré au studio Soup, Londres

Les musiciens sont membres de The Specials, Pama International, les Sidewalk Doctors et Intensified.

L’album a été produit par Lenny Bignell des Sidewalk Doctors et Sean Flowerdew de Pama International et The London International Ska Festival.

Le French-Mis : Est-ce que d’anciennes Bodysnatchers se sont jointe à toi pour ce projet ? Si oui, qui ? si non, pourquoi ? As tu toujours des contacts avec elles ?

Rhoda Dakar : Non, je suis la seule des Bodysnatchers. Je reste en contacte avec Stella, mais pas vraiment avec les autres. De temps en temps j’ai reçu des messages de S-J et Nicky, mais rarement.

Le French-Mis :  Quand et sur quel label va sortir ce disque ? comment peux-t’on l’acheter ? Va T’il être distribué en France ?

Rhoda Dakar : Le disque sortira partout le 30 octobre 2015, sur Cherry Red Records/Phoenix City. Il sera distribué en France par Socadisc. On peux l’acheter dans les magasins (j’espère), sur iTunes et les sites web de Cherry Red et moi-même (https://www.musicglue.com/rhoda-dakar/shop/).

Le French-Mis : Va-tu donner des concerts pour présenter ce disque ? Si oui, donne nous les dates ! As tu pour projet de venir en concert en France ?

Rhoda Dakar : On commencera samedi le 31 octobre au Jazz Café, Londres. Quand on aura des autres, on pourra trouver les dates sur mon site web – http://www.musicglue.com/rhoda-dakar/events/listings. Je voudrais bien venir en France, mais pas encore !

Le French-Mis  As tu autre chose à ajouter sur à propos de ce disque ?

Rhoda Dakar : Je voudrais bien remercier les fans, parce que c’était un produit de financement participatif !




Le French-Mis : Revenons sur tes débuts, qu’est ce que tu écoutais comme musique durant ton adolescence ?

Rhoda Dakar : David Bowie était un mon héros. Je reste en contacte avec des ‘Bowie Fans’, des amis dès l’âge de 14 ans. Nous avons passés les samedis en attendant devant sa porte !

Le French-Mis : Comment est venue cette envie de devenir chanteuse ?

Rhoda Dakar : Mon père était chanteur au cours des années vingt, trente et quarante, surtout à Paris, avec Josephine Baker et Louis Armstrong même ! (Oui, il est né au XIXe siècle). J'ai commencé à me produire devant un public à l'âge de neuf ans.

Le French-Mis : Comment as tu rencontré tes partenaires des Bodysnatchers et Jerry Dammers ?

Rhoda Dakar : J’ai rencontré Nicky Summers, bassiste et fondateur du groupe à un concert. Jerry est venu nous voir jouer notre deuxième concert !

Le French-Mis : Comment avez-vous pu signer sur le label 2-Tone ? Peu de groupes ont eu cette chance !

Rhoda Dakar : On nous a offert un contrat !

Le French-Mis :  Vous avez eu du succès dans les charts avec vos deux singles chez 2-Tone, pourquoi n’avoir jamais édité d’album ?

Rhoda Dakar :  Nous avions juste signé pour deux 45 tours.

Le French-Mis : Pourquoi les Bodysnatchers se sont séparées si vite ?

Rhoda Dakar : Nous étions jeunes. Nous avons fait deux ans de travail en un an. Nous étions épuisées.  Nous n’avions plus de contrat,  Il n’y avait plus raison de continuer.

Le French-Mis : Jerry Dammers ne vous a pas proposé un contrat pour enregistrer un album ?

Rhoda Dakar : Non.



Le French-Mis : Une grande partie des Bodysnatchers a formé ensuite The Belle Stars, tu ne souhaitais pas faire partie de l’aventure ?

Rhoda Dakar : Je voulais suivre un chemin plus politique.


Le French-Mis :  Tu voulais écrire des chansons plus politiques ? De quoi voulais tu parler dans tes chansons ? Inégalités, racisme, sexisme ??

Rhoda Dakar : Je ne voulais pas écrire sur l'amour seulement.

Le French-Mis : Après la séparation des Bodysnatchers, tu es restée avec The Specials. Tu as participé à leur second album, tu as tourné avec eux. Que peux tu nous dire sur cette aventure ?

Rhoda Dakar : Ça s’est passé très vite !

Le French-Mis :  Tu as dû être très triste quand Rico Rodriguez nous a quitté. Tu l’as bien connu au sein des Specials, Qu’as tu à nous dire sur cet homme ?

Rhoda Dakar : C’était un homme très doux qui a pris sa musique très au sérieux.



Le French-Mis : Après la séparation des Specials tu a continué à travaillé avec Jerry Dammers. Le single “The Boiler” a été une véritable bombe en 1982. Peux tu nous en parler ?

Rhoda Dakar : C’était la première chanson que les Bodysnatchers ont écrit ensemble. Jerry avait envie de l’enregistrer dès le début.

Le French-Mis :  Est ce que cette chanson a ouvert les consciences et provoqué des débats en Angleterre face au viols ?

Rhoda dakar : Peut-être. Mais malheureusement (heureusement ?) à l’époque il y avait une histoire dans les journaux à propos d'un soldat, un officier d'une famille aisée, qui a été condamné à une peine légère pour viol, afin de ne pas nuire sa carrière. On ne pensait pas que la sortie était une coïncidence.



Le French-Mis : Arrive ensuite l’album “in The Studio” des Special AKA avec le fameux “Free Nelson Mandela”. Peux tu nous parler de cette aventure qui c’est soldée par un fameux hit dans le monde entier ?


Rhoda Dakar : Nous avons passés deux ans dans les ténèbres à l’enregistrer et
 je ne l'ai jamais écouté depuis. Les studios d'enregistrement étaient toujours sombres, c'est un peu comme si nous avions passé deux ans sous terre.  Je ne ai pas de bons souvenirs de cette époque, donc je n’écoute pas cet album.



Le French-Mis :  Un dernier mot sur la période 2-Tone. Que penses tu de toutes ces séparations (Bodysnatchers, Specials, Selecter, arrêt du label 2-tone). Les musiciens trops jeunes n’ont peut être pas su gérer l’avenir ?

Rhoda Dakar : En fait, c’est normal. La musique change tout le temps. Il est inhabituel pour un groupe de rester ensemble.

Le French-Mis  Après cette période on a peu entendu parler de toi durant les années 90...

Rhoda Dakar : Je suis devenue maman.



Le French-Mis : En 2007 tu édites un album solo avec l’aide de Nick Welch, peux tu nous en parler ?

Rhoda Dakar : Nick m’a invité à écrire des chansons ensemble et enfin…un album.

Le French-Mis : Parle nous de tes autres collaborations avec Nick...

Rhoda Dakar : Quelqu’un nous a demandé d’écrire une chanson pour leur protégée, mais elle a été rejetée. Donc nous l’avons enregistré nous mêmes. Puis, on a décidé à continuer.




Le French-Mis : En 2009, tu participes à l’album “The Liberty Of Norton Folgate” en chantant en duo avec Suggs sur “On The Town”. peux tu nous parler de cette aventure ?

Rhoda Dakar : Apparemment, Monsieur Barso a pensé à moi et j’ai reçu un appel de Lee ou de Chris pour enregistrer cette chanson.


Le French-Mis : Tu es aussi monté sur scène avec Madness pour chanter ce morceau...

Rhoda Dakar : Oui, on est allé directement aux répétitions à Hackney Empire après l’enregistrement !

Le French-Mis : Es-tu aussi monté sur scène avec Lee Thompson Ska Orchestra ? As tu des projets avec eux ? (NDLR, certains membres du LTSO accompagnent Rhoda sur scène)

Rhoda Dakar : Non, c’était parce que nous étions tous à House Of Fun Weekender.

Le French-Mis : Peux tu nous parler de tes autres activités...

Rhoda Dakar : J’écris souvent des notes de pochette, comme pour The Beat, Terry Hall, Bad Manners, donc on m’a demandé à faire le choix des titres pour les compilations Ska Madness (un et deux). Quant à Specialized, j’ai enregistré ‘Too Nice To Talk To’ pour Beat Teenage Cancer, mais c’est tout.




Le French-Mis : Si tu as d’autres choses à ajouter où si nous avons oublié une question importante...

Rhoda Dakar : J’écris des nouvelles, des récits courts, dont une sera publiée l’année prochaine.

Le French-Mis :  Est-ce que tu écris aussi de nouvelles chansons ? As tu pour projet de sortir d'autres disques à l'avenir ?


Rhoda Dakar : Je voudrais bien sortir d’autres disques, mais en ce moment il faut que je me consacre à la sortie de "Sings The Bodysnatchers" 

Le French-Mis : Merci beaucoup !!

Rhoda Dakar : De rien, c’était mon plaisir !

Reproduction autorisée en citant la source : http://french-mis.be





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire