1 juil. 2015

WINGS OF A SEAGULL WO-OH WO-OH !


Madness en concert à Hove. Obligatoirement, comme à Brighton, station balnéaire voisine, les mouettes sont de la partie. Les "seagulls", comme on dit in England. Et, parfois, quand  elles crient fort, on a envie de leur dire : "Eh, les seagulls, vous pouvez pas fermer vos gulls, please ?" Mais, rien de tout cela, ce 28/06, elles pouvaient crier, Suggs les couvrait de son chant et, de toute façon, il leur rendait hommage en remplaçant les derniers mots de "Wings of a Dove" par "Wings of a Seagull" (d'où le titre). Comme Genevieve Bale, fan de Madness, le demandait, aucune n'a parachuté ses déjections sur la tenue rose bonbon de Chris.
                Madness qui joue dans un stade de cricket en bord de mer, à Hove, on est dans le british de chez british, avec un haut niveau d'excentricité.
                On arrive vers 16H30 et on se plante au troisième juste devant la position supposée de Lee (spectacle garanti). On ne bougera plus malgré la viande saoûle qui pogotera sec au centre de la foule, pendant les premiers morceaux de Madness. On ne déloge pas facilement un vétaran du Madstock One de 1992...
                Deux concerts ont précédé celui de Madness et nous ont fait des impressions contradictoires. Le premier, celui du groupe "Backbeat Soundsystem" s'est révélé être très enjoué, vivant. Ces 6 jeunes faisaient plaisir à voir, haranguaient la foule, variaient les mélodies et les morceaux, bref... une belle forme d'unité et une atmosphère très agréable qui s'en dégage. Leur site  : ICI. Tout le contraire avec l'autre groupe, "By the Rivers". Plus connu que le précédent, ce groupe ne nous a pas fait grande impression : manquant d'âme, avec des morceaux trop longs, à mon goût et se ressemblant beaucoup. Ils ne m'ont emballé que vers la fin de leur set. Dommage.
               Hommage aux roadies qui, dans les intervalles, ont été efficaces et très rapides pendant que le DJ, Darren Bennett chauffait le stade avec des old classics et son humour...

               Et.... puis.... sur les deux écrans géants, l'extrait du film des aventures de James Bond , "GoldFinger", annonce la venue des Maddies (et le retour des mouettes-seagulls).


Dans la foule, les espaces se resserrent très très fort, mais nos coudes de vétérans fonctionnent à merveille.

                 
                Le groupe commence par un nouveau titre, "Grandslam", choix bien courageux ce qui n'arrive pas souvent. Titre bonifié par les Brass Monkeys. C'est très bien ! S'ensuit la liste classique jusqu'à l'autre nouveau titre, "Mumbo Jumbo". Ecrit par Lee, chanté par Lee accompagné de Suggs (et Chris !!!), ce titre, très rythmé possède également une très belle ligne d'orgue de Mike.


"Mumbo Jumbo" : la vidéo de Leah Suggsy Rix  (facebook) : ICI
 Le sujet du morceau, Lee l'annonce dès le début : "It's about talking .... bollocks". Do u like it ?.... Talking bollocks all the time"  ainsi qu'à la fin, reprenant les paroles de "Madness" : "Propaganda ministers".  Je crois que le message est très clair.
       Ce titre annonce vraiment le coeur du concert, selon nous. Un "Dust Devil" de haute volée, Suggs appelle 4 ou 5 fois le garçon "Waiter" pendant "Los Palmas 7", avec Lee qui fait durer le plaisir à la fin (c'est sa ligne de sax qui conclut le morceau), un "Shut up" en vraie communion avec la foule.

           
                  Du début à la fin, Lee  n'arrête pas  : dansant, chantant,  jouant avec les caméras, la sécu, le public, allant de gauche à droite. Le clou du spectacle, pour moi,  c'est un très beau "Believe Me" et surtout les deux reprises de Prince Buster. "Girl Why don't You" est annoncée par la ligne de Bedders , un vrai roc. Il porte tout le morceau et franchement c'est une très belle version live.


                  Et la deuxième, "One Step Beyond" introduite par Chris qui crie "Showtime !" et c'est parti ! Belle surprise, le sax est là, bien sûr,  mais aussi et surtout,  la trompette de Joe qui joue un beau solo pendant le titre. Très belle version ! Rare ! Il n'y a pas que les seagulls qui voient le concert gratos..:

              Chris fera sa reprise, ce soir, c'était Bon Jovi, ce qui lui permettra de dire que si on se plaint du bruit... ( le stade est vraiment en pleine ville) , il faudra râler auprès de Bon Jovi... Eh eh...


              La fin du concert est constituée de old hits : avec un special "Wings of a Seagull", un "It Must be Love" qui calme d'un coup la viande saoûle (Ouf! Mes coudes disent merci) et surtout le rappel avec un "Night Boat" très classe.


En effet, un groupe de Hove, the Crocks,  invité, déguisé en squelettes envahit la scène, danse et joue avec le groupe. Puis, à la toute fin, des Pearly Queens et des membres des familles  remplissent carrément l'espace. Une très très belle fin ! En vieux briscards, on attend que le premier rang parte pour demander à la sécu des exemplaires de la setlist. Bingo !


                 Il est temps de rencontrer d'autres fans : Emma, Leah et Gary. Belle conclusion ! 

                 Un compte-rendu  (et photos) du journal local : The Argus
                  Emily et Fredd




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire