19 nov. 2017

Madness, House Of Fun Weekender, samedi 18 novembre 2017

Madness a donné son second concert hier soir au House Of Fun Weekender, Butlins.

Un set assez classique avec il faut le noter, le retour de "Cardiac Arrest" qui fait toujours plaisir !

A noter, et c'est très important qu'à la fin du concert, alors que les membres rentraient dans les loges et que la sono diffusait le morceau des Monty Python, "Always look on the bright side of life" (du film génial "La Vie de Brian"), la diffusion sur le grand écran d'une vidéo montrant tous les membres de Madness un à un avec leur nom, dont Chas Smash !!!

Voir sur cette vidéo Facebook de Alan Otbc (merci !) à 36 minutes et 32 secondes ICI

Un retour de Chas pour fêter les 40 ans du premier tube du groupe en 2019 ? A suivre !!!



18 nov. 2017

Madness, House Of Fun Weekender, 17 novembre 2017



Comme prévu, Madness a donné son premier concert hier au fameux House of Fun Weekender, Butlins.

La set-list reprend les raretés, faces B et reprises joués lors de la tournée européenne.

Un grand merci au MIS anglais pour la track-list ci dessous.


Madness "Full House, The Very Best Of" le 17 novembre 2017

Madness édite une nouvelle compilation le 17 novembre.

Il s'agit d'un double CD ou d'un quadruple vinyle de 42 titres.

"Full House, The Very Best Of"

La compilation regroupe presque tous les singles du groupe physiques ou download (il manque Sweetest Girl, Sorry, Shame and Scandal...) ainsi que les deux titres composés pour le musical "Our House" à savoir Sarah's Song et Simple Equation.

Pas de surprises, pas d'inédits...

Une très belle chose pour les nouvelles générations qui veulent découvrir Madness.

Les fans auraient préféré un double live de la tournée de "Can't Touch Us Now"... Mais bon, peut être l'an prochain...

Le tout est distribué en France et en Belgique (et ailleurs !!) par Warner

Vous pourrez remarquer la superbe "bourde" de ce bon de précommande français : "De l'album "The Prince" à "Another Version of Me" !!!!!!!!! (voir ci-dessous)
Merci à Olivier Fosse pour le scan




Vous pouvez commander le disque ICI ou LA

Vous pouvez aussi le commander via Amazon France ICI ou la Fnac LA

1. The Prince
2. One Step Beyond
3. My Girl
4. Bed And Breakfast Man
5. Night Boat To Cairo
6. Madness
7. Baggy Trousers
8. Embarrassment
9. The Return Of The Los Palmas 7
10. Grey Day
11. Shut Up
12. It Must Be Love
13. Cardiac Arrest
14. House Of Fun
15. Driving In My Car
16. Our House
17. Tomorrow's (Just Another Day)
18. Wings Of A Dove
19. The Sun And The Rain
20. Michael Caine
21. One Better Day
22. Uncle Sam
23. Yesterday's Men
24. (Waiting For) The Ghost Train
25. Sarah's Song
26. Lovestruck
27. Johnny The Horse
28. Drip Fed Fred
29. Simple Equation
30. Girl Why Don't You
31. NW5
32. Dust Devil
33. Forever Young
34. Sugar And Spice
35. My Girl 2
36. Never Knew Your Name
37. How Can I Tell You?
38. Misery
39. La Luna
40. Mr. Apples
41. Can't Touch Us Now
42. Another Version Of Me







12 nov. 2017

Madness live BBC 4 le 25 novembre à minuit




BBC 4 diffuse un best of d'une heure de 14 titres du concert de Madness de juin 2017 au Cornwall's Eden Project le 25 novembre à minuit heure anglaise. Cliquez ICI

Ce programme sera rediffusé sur ce même lien dès le lendemain.

Si vous souhaitez voir les programmes TV de la BBC en France, il vous suffit de télécharger l'extension HOXX sur Chrome ou Firefox et de choisi "Royaume Uni" pour regarder le programme.

Concert de Madness le 11 novembre 2017 à Paris + Madmeet








Cette page compilera toutes vos contributions et sera actualisée régulièrement. Merci à vous toutes et tous de vos participations !

Madness était en concert le 11 novembre 2017 à la salle Pleyel de Paris. A l'ouverture des portes il restait une soixantaine de places en vente sur les quelques 1900 que contient ce haut lieu de la musique dans la capitale.

Un concert non "sold out" certainenemt causé par le peu de promotion en France et l'accumulation de grands événements ce jours là (Kasabian au Zénith, La match de rugby France - Nouvelle Zelande au Stade de France etc...).

IKY a annoncé sur le facebook du French-Mis un Madmeet avant le concert, il a eu lieu au bar des 4 saisons, 268 rue du Faubourg Saint Honoré.

N'hésitez pas à nous rejoindre sur le facebook de French-Mis pour profiter de toutes les vidéos et photos !








Photos Olivier Fosse

Un Madmeet très difficile pour Olivier LOL Photo de Benoit "Mister B"




Photos de Marc Voisin

LA PREMIERE PARTIE :

Photo Jean-Luc Auguste Demarty




Réaction d'Alain Nourian :


Les anglais de Chainska Brassika ont assuré une bonne 1ere partie reggae et ska, ils ont été je pense bien apprécié par la foule qui attendait Madness.

Ils méritent que l'on s'y intéresse . Très sympa ils étaient présents à la sortie de la salle après Madness pour se faire connaitre !



en 2010 au Zénith à La Vilette les Wampas dans un autre style avaient fait le show aussi, moi qui était un de leurs anciens fans je m'était régalé !!



Réaction de Benoit Rousseau :



Des jeunes d’à peine 20 ans qui font du Ska des années 60. C’était super.
Lors des 3 derniers concerts de Madness à Paris, on a eu Yalta Club puis Seed puis Chainska Brassika en premières parties. Jamais déçu. Toujours de belles pépites.






LE CONCERT DE MADNESS :

Madness a joué un set assez court de 21 titres. Pas de face B ou de rareté mais deux reprises, "Lover Please", titre de Clyde McPhatter de 1962 que jouait le groupe à ses débuts et " Oh My Love" de John Lennon.

Lien facebook pour voir la cersion live de Madness de "Lover Please" ICI Merci à Olivier Jacq pour avoir filmé ce moment !




Photo Benoit "Mister B"


Ca bouge moyen... Vidéo de Keyser Söze




Réaction de Judge Fredd :

« VIVE LA FRANCE-VIVE LA FOLIE »   SUGGS, PARIS, 11.11.2017


 Hello Good People de France !!!



                                                         (Photo Hervé Toursel)


Moi, je ne vais pas vous dire, qu’à 48 balais, je vais voir Madness pour pogoter dans la fosse juste devant Suggs et m’éclater les côtes. Non. Ce qui m’intéresse, c’est d’écouter, de regarder, de scruter et de profiter de chaque détail que je peux choper quand Madness monte sur scène !  Alors, celles et ceux (inclusif, vous avez vu ?) qui se plaignent que ça ne bougeait pas trop, pas assez hier, à la salle Pleyel… bien, comme dirait Chirac (que je n’apprécie vraiment pas pourtant) , « ça m ‘en touche une sans faire bouger l’autre ». Ceux qui les ont trouvés un peu mous (je rappelle que le plus jeune des 6 a 56 ans), n’ont pas bien regardé Suggs ou Lee investir, parcourir la scène, trop occupés qu’ils étaient à boire de la vinasse, à donner des coups de docs ou à envoyer un message facebook sur le « mur » de leur pote.  Et puis… le groupe a entamé une belle tournée  passant par l’Italie, l’Allemagne, le Danemark, la Suède, la Norvège….avant d’arriver en Belgique et en France.  Et s’ils sont fatigués, c’est un peu normal, non. ? Pas plus que certains spectateurs au bout de deux pogos sur 7 minutes des maddies…  Pourtant, ce soir, Madness a tenu bien bien plus longtemps qu’eux. Moi, je les ai trouvés bien en forme, les North London Finest.

                                                                  (Photo Loll Willems)


 A la salle Pleyel…. on écoute. Le lieu, le décor, le passé veulent ça et c’est très bien.  Moi j’avais pris ma place sur le parterre impair, donc, assis, mais pas trop haut et surtout en bout de rang (stratégie…), pour pouvoir me lever et me mettre sur le côté pour danser…Des concerts, j’en ai passés beaucoup, debout, la main sur la tête d’un gars à côté, aviné, qui crie « One Step Beyond » toutes les 3 minutes, ou en recevant de la bière dans le cou, protégeant mes poches d’un pickpocket éventuel, sous la pluie…. Bonne expérience, mais on peut s’en passer aussi. Donc, voilà… Pourtant, ce « One Step Beyond », ce soir, je le craignais un peu. Placé en entrée, sans l’intro de Chas… Mais, finalement ça a été ; Suggs, irrésistible, dans son « Vive la France, Vive la Folie » dans le texte…très bonne version même, le solo de trompette qui bonifie tellement ce titre et qui répond à la ligne de Lee…

Vidéo de "One Step Beyond et Embarrassment filmée par Olivier Jacq ICI

Vouloir bouger, pogoter  sur cette magnifique reprise de « Oh My Love » de John Lennon que Madness a délivré ce soir, en même temps ça tient un peu du miracle, (ou du crime) non ? Merci Madness pour ce moment (ça me dit quelque chose, ça…)



 
(Vidéo de Cédric Caillaud)

Ceux qui voulaient  revivre Pavillion Baltard 80, 37 ans plus tard, sont restés sur leur faim. Mais franchement, c’est pas grave.  Perso, je les ai trouvés très bons, très compacts.  Celles et ceux qui accompagnent régulièrement le groupe depuis longtemps savent qu’il évolue, il vieillit, comme ses fans d’ailleurs. Et,…pourtant, les maddies sont repartis aux origines ce soir. En jouant « Lover Please », ils nous ont fait replonger dans la maison de Si BIrdsall en 77 quand ils débutaient et que seuls Lee, Chris et Mike faisaient vraiment partie du groupe, ( voir dans le film « Take It or Leave It ») . Et jouer ça en 2017 à Paris, c’est de l’exclu mondiale.  Merci Madness !!!!! 





      (Vidéo Cédric Caillaud)

Lover Please flimé par Olivier Jacq ICI 



Ce soir, comme toujours, Bedders , Woody , et Mike tiennent la baraque. On a reproché l’absence de l’excellent Mez Clough, qui fait les secondes voix.. Certes, mais finalement,  ce soir, Madness était plus concis, focalisé sur les 6 (et l’excellente section de cuivres).  Pareil pour le fond d’écran rempli uniquement des lettres du groupe et de scintillement. Sobre. Les films derrière le groupe, c’est beau, mais des fois ça déconcentre, on rate une variation de Bedders, alors que ce soir j’ai tout vu et entendu. C’est pour ça que je suis là.


                                                                  (Photo Mister B)
                                  
Chris, je l’ai trouvé très bon ce soir. Pas comme dans les années 80, quelquefois. En voilà un qui bonifie en vieillissant. Sobre d’abord, pas dans le showtime, mais surtout bien distordu dans son sound, surtout sur Shut Up, Our House  et Night Boat. Excellent, Chris !

                                                               (Photo Hervé Toursel)


« Shut Up », quelle version ce soir, franchement ! Superbe, terrible ! De façon plus générale, j’ai l’impression que, depuis le tour de l’an dernier  et pendant cette tournée, la période « 7 »  est très très prisée chez Madness.

                                                             (Photo Hervé Toursel)
           
Autre moment fort, non, je dirais autre soirée forte : Lee. Ce type maîtrise de plus en plus sa folie, c’est définitif.  Quand il interpelle les balcons et demande aux gens de sauter, quand il joue d’une main, quand il joue du micro ou de ses petits instruments de percu, quand il court partout, quand il fait le nutty train tout seul…. Un concert de Lee, c’est un kilo en moins (bon, il le reprend quand on lui verse du vin en live sur scène). Cette version de « Mumbo Jumbo » (pas le titre que je préfère sur l ‘album, pourtant)….est vraiment un grand grand moment en live. Suggs le seconde très bien et avec humour et boisson.  Ces deux-là montrent bien leur complicité lors du concert (voir aussi la vidéo de Lover Please).

Mumbo Jumbo filmé par Olivier Jacq ICI 

Et ceux, qui souhaitent plus de pogo, pouvaient facilement le faire là-dessus même si finalement, louper Lee (sosie officiel de Fred Mandeville) qui chante, bouge et danse d’une façon si personnelle et drôle relève de la faute professionnelle.

A chaque concert de Madness, il y a des fans plus heureux que d’autres, c’est comme ça : celui ou celle, ce soir, qui a pris le chapeau melon lancé par Suggs, 3 minutes après le début du concert ou la serviette de Night Boat…. Collector !

La fameuse serviette !!

                                                               (Photos Hervé Toursel)
           
Ce qui est sympa, c’est que Madness ne manque jamais de rappeler que des jeunes viennent aussi ; quand Suggs, avant d’annoncer « Baggy Trousers » questionne des ados dans les premiers rangs , leur demandant leur nom,  on sent que « Quentin, », en français, c’est pas son truc visiblement, même s’il en joue beaucoup. Moi, perso, j’étais à côté d’une famille et d’un gamin, justement,  qui devait avoir 15 ans. Il filmait, postait, réagissait…alors, oui, il ne pogotait pas avec des Doc Martens, mais c’est pas grave, il appréciait. Honnêtement, comme la grande majorité d’entre nous, à partir de Baggy Trousers (le Grand Pantalon comme dit Suggs à la fin), il était debout, et jusqu’à la fin.

Le Grand Pantalon filmé par Olivier Jacq ICI  


Alors, oui, sur « House of Fun », Suggs a commencé trop tôt, aussitôt rattrapé par la paire Lee/Chris, Lee simulant un coup de pied aux fesses….Oui, le concert a été un peu court, et c’est le principal souci ; un titre rare supplémentaire aurait vraiment été le bienvenu, un original et surtout un de la période 84/86.  Franchement.

Mais, dans la dernière partie, ils savent toujours mettre le feu avec cette  succession de titres, surtout sur « Our House »  (« You can’t Beat Paris » Suggs) où le public, très juste (classe !) fait les chœurs et assure sur le refrain ou bien encore « It Must be Love » pendant lequel, à la fin, Suggs laisse quelquefois chanter la foule à sa place.  (C’est là que tu sais si tu chantes faux ou juste…). Emouvant !

It Must be Love filmé par Olivier Jacq ICI


Pour le rappel (bien réclamé dans les règles de l’art par le public, cool !), Lee fera venir le nouveau couple officiel de sa royauté : son fils, Daley et Mme (Alice) qui danseront et utiliseront le micro pour clôturer un « Night Boat » empli d’échos sur la voix et de distors pour Chris ! Ce dernier en profite pour faire style « je joue avec les dents ». Et, lors de la sortie de scène, il s’arrête avant de sortir et bénéficie d’applaudissements. On rappellera que c’est le plus francophone de tous les maddies. 
                                                                                                                      

                                                               (Photo Hervé Toursel)
          

Avant et après le concert, il y a eu l’excellente Madmeet. Mise en place par Iky, elle était vraiment très cool : franchement,  rencontrer des « facebook friends » en réel, ça fait du bien ! Et ça fait du bien aussi de voir Jean-Luc, Olivier, Marc, et j’en oublie, de revoir Fred Mandeville (sosie officiel de Lee en France), Claire,  Ben (hum hum la NZ), Olivier, Cédric. Tous ces gens qui font que t’as pas l’impression d’être le seul dingue de Madness en France.  Hum hum, on attend JP.

Et puis, il y a la chance. Ou bien encore, comme les anglais le disent « the right moment, at the right place, ». En tout cas, ça arrive vraiment. Après le concert, je retourne assez vite à la madmeet. Iky m’offre une bière, merci Iky ! Au bout d’un moment, j’ai trop chaud et je sors sur le trottoir (comme dirait, « en français » Suggs  dans BlackBird), mais il pleut. Tant pis, je reste. The right Place : en dehors du café « les 4 saisons », the right moment : le11.11 tard le soir. Et, soudain, dans la cohorte de fans, qui descend place des Ternes, parmi eux ou presque, un gars en parka, un appareil photo à la main, se pointe, c’est Woody. Je le reconnais et, discrètement, je lui tends la main « Bonjour Woody » (bonjour… pfff…je suis déjà un peu ivre…). Il me sourit et me serre la main.  J’en fais pas plus. Il continue son chemin. Et, au même endroit, discutant avec Olivier, Ben et Claire,  au minimum une demi-heure plus tard,  on voit arriver Chris qui descend, même chemin. On se sourit, il nous serre la main,  on le laisse partir tranquille ; après-demain, ce sont les Pays Bas (éliminés de la Coupe du Monde, hum hum)  qui vont clôturer la tournée européenne de Madness.

Bon, ben voilà, encore une bonne soirée ! Il me reste à retourner dans le café et à me rappeler avec Cédric Sabor Discos des moments passés. Le temps qu’il me montre la set-list du soir, je découvre qu’à ma gauche, sur la banquette, un gars que je ne connais pas, le meilleur pote de Cédric, Laurent, la quarantaine, vient de voir son premier concert de Madness. C’est sans doute pour cette raison que les maddies jouent encore tellement leurs classiques, merci !  Direction métro avec Cédric.    See you au prochain concert !

Un grand merci à Hervé Toursel, Cedric Caillaud, Mister B, Olivier Jacq et Loll Willems     
 

                                                                                                          (Merci Cédric)
                                                                                                                                  






Réaction de Mister B :

Concert sympathique mais sans surprise. 

Suggs semblait être un brin alcoolisé. Lee en pleine forme. 
L'impression d'un show de plus dans une tournée sans réelle motivation. Suggs pas toujours en place et l'air d'en avoir rien à faire.

1er concert à la Salle Pleyel et étant donné la réputation de celle-ci, je m'attendais à un son d'enfer...il n'en fut rien. Le son semblait parfois étouffé, manquant de dynamique. Je soupçonne la présence d'un limitateur de décibels, ce qui d'ailleurs va devenir la norme un peu partout. 

Résultat, tu sors de là avec les oreilles en bon état mais avec un niveau immersif réduit à néant.

la setlist est celle de la tournée avec, comme pour les autres dates, deux "raretés".... une reprise inédite de 'Lover Please' de Clyde McPhatter & la reprise plus connue de 'Oh My love' que l'on trouve dans l'album OOSSJJDD en version Deluxe et que Suggs avait également enregistré en piano-voix dans les 90's.

Le Madmeet improvisé au dernier moment dans un nouveau lieu fut extrêmement sympathique et arrosé et nous nous sommes déjà donné RV pour le prochain concert en France.









Photos Mister B




Réaction de Eric Regnier :

Commentaire à chaud (soyez donc magnanimes!) du concert. 

La première impression est bonne pour la simple raison que j'avais pleuré de désespoir de voir et entendre des vidéos pourries de concerts dans lesquelles c'était faux et avec des plantages. 

Là, rien à voir! Dans la fosse au troisième rang, j'ai dansé comme toujours à fond ! La set list comportait deux surprises (Lover Please et Oh my Love) mais pas de vieux titres de derrière les fagots, malheureusement (Close escape, In the middle of the Night, Primrose Hill...) ni de face B de collectionneurs (Mistakes, Memories, A portrait of Jenny...).

Pour parodier une émission de foot radiophonique célèbre, je vais donner mes trois points "parce que l'important, c'est les trois points" : 

1) Comme d'hab, l'animation était drôle et Lee a bien déliré! L'ambiance était là! 

2) Le niveau musical était vraiment bon par rapport aux derniers extraits vidéos live; avec Woody et Bedders excellents qui tiennent la baraque, assurant une rythmique de très bon niveau, Barso sans fausse note, Chris jouant de vrais solos et Suggs en forme (on lui pardonnera ses deux trous de mémoire et son faux départ sur House of Fun). 

3) Une sono qui nous a mis (comme toujours) un son avec trop de basse et un piano inaudible. Comme Barso est mon préféré, j'ai encore une fois été déçu. On n'a rien entendu de son solo sur Shut up qu'ils ont ENFIN joué à Paris!


Pour conclure, j'ai beaucoup aimé parce que Madness en concert, c'est une présence terrible, une rythmique ultra solide et des chansons qui me transporteront toujours parce que ce sont de sacrés bons compositeurs. 

C'était juste trop court, comme le MADMEET ! Le prochain Madmeet, il faut que ça dure toute la journée! Et que Jean-Pierre vienne !😉 (Je serai là, promis, NDLR)




Réaction d'Agnès Blanquier :

Super soirée mais un concert vraiment trop court....


Réaction de Valérie Dem :

Super soirée avec notre groupe légendaire ! ils assurent encore c'est génial.... pas déçue

Réaction de Ralphassa :

Retour d'un WE sur Paris pour le concert de #madness à la salle Pleyel. Que du bonheur. Je ne pensais pas qu'on pouvait avoir un si bon son et une si bonne ambiance dans un même concert. Trop de vibrations et d'émotions en entendant les classiques de ce groupe mythique. Merci !


Réaction de Bastien Cantillon :


Un concert poussif avec une partie du groupe à l'économie et l'autre (surtout Barso et Lee) qui essayaient de relancer la machine. Un gros creux dans le milieu et une fin plus digne de Madness. 

Le son était pas mal du haut de la salle avec un petit manque de basse et de dynamique (ce qui a semblé être le contraire dans la fosse). 

Petit détail d'importance, il manquait le percussionniste qui pourtant ajoutait énormément de punch, doublait les mélodies clavier au glockenspiel et faisait les choeurs pour soutenir Suggs qui semble au maxi de ce que sa voix puisse encore faire. Dommage ! 

En bref un concert décevant et surtout le moins bon de tous les concerts vus.


Bon pour être positif. C'était quand même bien de les revoir même si le live était en dessous des espérances. Quand on aime on attend toujours plus

Réaction de Harry Callahan :


Bonjour JP, c'est Arnaud. Je n'ai pas reconnu les Maddies...mous, sans inspiration, sans âme...

Lee a tenté de boucher les trous vides en faisant le pitre...set list sans "risque" destiné à des amateurs qui ne connaissent que les standards, tellement de pépites inexploitées. 

Ça ressemblait davantage à un concert pour le cash qu'à un vrai show...on est à des années lumières de Finsbury Park de 92 et de l'esprit de notre interview pour Taratata ...un peu triste pour pour dire.


Madness c'est une histoire de près de 40 ans, c'est avant tout un gang de potes et une ambiance toute particulière y'a juste à réécouter ce fabuleux Lp Norton Folgate...ce sont bcp d'anecdotes, des humeurs, ...quand on a eu la chance de "vivre" un peu tout ça, on se demande si on avait bien les mêmes devant nous...mais je suis d'accord sur le fait que c'est toujours un événement ...magique ou sans soul...


Réaction de Runnin' Arnold :


Trop de bobo se plaignant d'être bousculés dans la fosse.

Réaction de Pascal Suggs :


Moi j'ai trouvé le concert superbe même si je suis comme d'habitude frustré qu'ils ne jouent que leurs standards. De plus, j'aurais préféré qu'ils jouent des morceaux qu'ils ne jouent jamais plutôt que des reprises de morceaux pas terribles (John Lennon a fait beaucoup mieux que "Oh my love").L'ambiance très calme au début s'est quand même réchauffée au fur et à mesure du concert. Le son, même si mal balancé et pas assez puissant (trop de basse, pas assez de piano) était nettement meilleur que certains précédents concerts (Zenith par exemple).
A noter aussi que c'était le 1er concert de mon fils Tom. J'ai aussi beaucoup apprécié revoir la communauté de fans français.

En un mot, une superbe soirée. Merci à tous les membres du French MIS et tous les autres fans croisés lors de cette soirée.


Réaction de Iky :


Ambiance de salon de thé et Suggs une nouvelle fois mauvais !


Réaction de Julio Da Silva :

trop bon , beaucoup de basse mais largement mieux qu'au zénith ou la le son était vraiment naze , super Madness au top comme d'habitude

Réaction de Mickael Philippot :




Parterre haut H le son était très bon sans les boom boom ou mégas bass du Trianon avec c’est vrai un retrait trop important du clavier de Barso dans le mixage.


Pour moi le plus naze a été de constater que dans le public des parterres beaucoup ne voulaient pas lever leur cul et râlaient dès que quelqu’un le faisait !


Ça c’est enfin levé vers Baggy Trousers .


Le boss hier soir c’était Woody !


A signaler aussi la très bonne première partie.


Photo Marc Voisin
Réaction de Benoit Rousseau :

La première fois que je les ai écouté en concert c’était à Baltard le 29 mars 1980. Je n’avais pas encore 14 ans. J’ai vieilli avec les membres du groupe qui me devancent d’une dizaine d’année en moyenne.
Hier soir, ce devait être mon douzième ou quinzième concert de Madness. Le 5ème en France.
La playlist était classique. Sans grande découverte (sauf « Lover pléiade » et « Oh my lové » bien sûr).
Ils ont fait le job; mais sans plus.
Pas plus déçu que cela.
Ma femme était avec moi ce soir pour la première fois. Elle a découvert et aimé. Moi, j’ai juste rajeuni de 37 ans 😜


Photos de Benoit Rousseau




Photo Jean-Luc Auguste Demarty





Photos Hervé Toursel
Album de plus de 100 photos du concert de Hervé Toursel ICI

Photos Alain Nourian

Photo Bertrand L.B.

Photo Kami Haeri







































Photos Hervé Toursel